Category

Pastorale

Ben & Faoye

By | Actualités, Non classé, Pastorale | No Comments

Début avril, les élèves de 4ème ont eu l’occasion de faire connaissance avec
l’association « Ben & Faoye » de St-Vincent-Sur-Oust
grâce aux témoignages de deux anciennes élèves du collège : Mélanie SABOT et Emma GUINEE.

Cette jeune association, créée en 2014, a pour but de venir en aide à l’enfance
du village de Faoye, au Sénégal, dans le domaine de l’éducation depuis la naissance :
suivi santé, nutrition et instruction.

Au cours de cette intervention, il a été demandé aux élèves qui le souhaitent, d’apporter d’anciens tee-shirts de sport enfants dont ils n’auraient plus l’utilité (comme par exemple des maillots de foot, basket …), d’anciennes paires de lunettes de soleil adultes pour les femmes du village qui récoltent le sel, des gants ou du matériel scolaire.

Une collecte est donc organisée au sein du collège : une caisse est installée dans chaque classe pour pouvoir y déposer les affaires.
Les bénévoles retournant prochainement au village pourront les leur remettre.
Merci pour votre participation

Les professeurs principaux de 4ème.

 

Trophée Nicolazic

By | Non classé, Pastorale | No Comments
participation du collège au Trophée proposé par la DDEC

participation du collège au Trophée proposé par la DDEC

Ce 29 avril 2016, quatre élèves du collège Saint Hilaire ont défendu les couleurs de leur établissement à Brech dans un jeu organisé par la DDEC.
Depuis quelques années, maintenant, la Direction De L’Enseignement Catholique du Morbihan propose aux établissements du réseau un jeu réservé aux élèves de 5ème appelé « Trophée Nicolazic ». Les premières épreuves se déroulaient au sein de chaque collège inscrit. A Saint Hilaire quatre élèves de 5ème E se sont distingués pas leurs connaissances et leur chance aux dés!!! Baptiste, Ewen, Louis, Elouan ont donc été sélectionnés pour affronter les équipes des autres collèges inscrits. Arrivés au collège Saint Gildas de Brech le 29 avril, chaque équipe dispute trois parties. L’animateur pose à tour de rôle des questions à chacune des équipes. Ces questions sont en lien avec le fait religieux (notamment les religions monothéistes, les sacrements, le monachisme, l’art gothique, l’art roman, les débuts du christianisme…). Plus ce qui est de l’ordre de la culture générale concernant le fait religieux : notions sur la Bible, les fêtes chrétiennes, etc…
Cette après-midi, fut très enrichissante pour les élèves qui étaient largement soutenus par les autres 5ème restés au collège.2016 trophée Nicolazic 2

Le temps fort de Pâques

By | Actualités, Pastorale | No Comments

20160325_121457
Comment se passe le vendredi saint au collège ?
Vendredi 25 mars, c’était vendredi saint au collège et durant toute la matinée, une atmosphère différente régnait dans tout le bâtiment. A la place du silence et de la concentration, on entendait des débats dans certaines salles de classe ou encore des rires dans la cour mais aussi des voix inconnues dans l’amphithéâtre ou encore en permanence. Après l’appel du matin et quelques explications, les différents niveaux se sont séparés en différents groupes, sont restés avec leurs classes ou se sont rejoints par niveaux pour les différents témoignages ou activités qui devaient avoir lieu. Après la récréation ceux qui le souhaitaient assistaient à une célébration. Pour les autres, des témoignages, des projections ou encore des débats étaient prévus.
Les 6 classes de sixièmes se sont séparées en deux parties : de 8h45 à 10h45, les 6èmes A, B et C étaient en permanence afin d’écouter et de voir Yves LePart qui les a sensibilisés à l’importance de l’école dans le monde. Les élèves ont pu voir différents enfants du monde qui avaient demandé à Yves de montrer leur quotidien aux élèves français. Certaines photos font réagir, comme notamment celle de deux enfants qui soignent eux mêmes leur jambe dont une partie fut arrachée par une mine posée il y a des années lors des guerres. Dans la salle, pas un bruit : il est vrai que lorsque on voit et qu’on entend que certaines familles vendent leur enfant car ils ne peuvent s’en occuper et que cet enfant devra travailler de 6h à 19h pour tenter de rembourser son « acheteur », cela fait réfléchir.
Pendant ce temps, le reste des autres classes visionne le film Sur le chemin de l’école où quatre enfants de différents pays du globe racontent le nombre de kilomètres qu’ils font chaque jour (maximum 4h de marche). Ils y vont avec plaisir car ils savent oh combien l’école est importante pour leur avenir. Puis, après la récréation, les deux parties échangent et ensuite chacune revient dans sa classe où leur est projeté le clip du chanteur Grégoire Soleil. Ils ont pu discuter à propos des différences avant d’aller manger le bol de riz.
Les cinquièmes ont participé jusqu’à 10h45 à un grand jeu du CCFD avec différentes épreuves. Chaque classe est un peuple (Scribiens, Vitalis …) qui comporte un avantage (information…) mais également un inconvénient (main dans une poche, analphabète [ne savent ni lire, ni écrire] ou encore 30 secondes en retard à chaque fois). Ces inconvénients représentent les handicaps auxquels certaines personnes doivent faire face dans la vie réelle et qui sont un frein à la dignité pour certain. Chaque peuple a une île qu’ils doivent développer avec des digmes. Ils sont ensuite dispersés dans 5 équipes qui comportent tous les peuples pour chaque épreuve et c’est une manière de confronter chaque peuple aux autres. Les épreuves se passent dans certaines salles de salle mais aussi en extérieur ou dans la salle de sport du collège où les profs titulaires sont référents. Les différents peuples ont pu faire une course de vitesse avec des obstacles, résoudre un message avec un code, tenir sur des bâches en plastique qui se réduisait, faire une machine avec un son et un mouvement par personne et une course pour chercher de l’eau mais avec des inconvénients (se baisser ou encore faire trois tour sur eux-mêmes).
A la suite de la récréation, chaque classe a mis en commun leurs digmes qu’ils ont récupérés et donc clôturer le grand jeu. Après cela, les élèves ont regardé un documentaire sur l’Association Points Cœur qui intervient partout dans le monde afin d’aider les plus pauvres de notre planète. Ce documentaire portait sur l’intervention de l’association au Brésil afin d’aider les habitants des favelas. .
Chez les quatrièmes, le thème était Se Nourrir des Différences. Après avoir écouté la chanson Des Hommes Pareils de Francis Cabrel, ils l’ont analysée afin de mieux la comprendre et de voir ce qu’elle explique. A la suite de leurs analyses, ils ont constaté que la chanson parlait des différences de religion, de richesse, d’environnement, de puissance mais aussi d’âge. Pour les élèves, la différence est quelque chose de bien car elle apporte le respect et la tolérance. En effet, ce n’est pas parce que quelqu’un est différent que l’on doit le traiter de la même manière. Cette différence apporte un message positif et c’est ce qui fait la diversité de notre monde. A la suite de cette réflexion, des affiches du CCFD leur ont été projetés avec des slogans qui parfois pouvaient déranger. A partir de ces affiches et d’images qu’ils ont eux-mêmes choisies, les élèves ont réalisé leurs propres affiches avec des slogans « choc » de leur invention. Certaines de ces affiches sont affichées près du secrétariat.
Après la récréation, des membres de la toute jeune association Ben et Faoye (créée en 2014) sont venus présenter en quoi consistaient leurs actions pour le village du même nom. Les 90 membres de l’association s’occupent de récolter des fonds afin de subvenir aux besoins de l’école du village, gérée par les femmes. Ce sont grâce aux 10€ d’adhésion et aux nombreuses actions mises en place durant l’année (repas sénégalais, bol de riz, dons d’école…) que l’association a pu financer la construction d’une salle de classe d’un montant total de 6 500 €. Quand Marie-Thérèse et Jean-Pierre Tual, le couple à l’origine de cette association et Yvette Année (maire de Saint Vincent) sont venus vendredi, c’est aussi pour expliquer que l’argent qu’ils allaient recevoir du bol de riz, allait servir à donner un repas par jour aux écoliers et collégiens de Faoye. En effet, les élèves font parfois 4 à 10 km de marche pour rejoindre l’école mais un repas coûte 0,40€ par jour et certains parents ne peuvent pas payer ce repas. Les enfants n’ont rien dans le ventre durant pratiquement toute la journée et donc dans ces conditions, ils leur est difficile d’apprendre correctement. C’est pourquoi certains arrêtent d’aller à l’école.
A l’amphithéâtre, étaient présents tous les troisièmes afin d’écouter le père Olivier (prêtre de la paroisse d’Allaire) sur une mission associative qu’il a effectuée au Brésil. Des enfants qu’il a rencontrés sont projetés à l’écran. Certains ne parlent toujours pas à 3/4 ans et parfois ils sont même livrés à eux mêmes étant donné que leurs parents ne prennent pas toujours soin d’eux. Malgré ou « grâce » à la pauvreté des favelas, la joie est présente partout dans le pays : c’est ce qui constitue la richesse du Brésil. Après cela, la vidéo Les chemins de la Croix fut projeté aux élèves afin de résumer le parcours de Jésus portant les fardeaux des autres sur son dos. Un procès fut mis en place avec des arguments de l’époque à la fois pour et contre la mort du Christ. Des élèves volontaires forment les jurés tandis que les autres votent. Au final, lors du dépouillement final, il s’est avéré que 83 bulletins étaient pour le maintien de la vie de Jésus contre 23 bulletins pour sa mort et un bulletin blanc.
A l’heure de la messe pour certains, d’autres se sont penchés en classe avec leurs professeurs titulaires sur les préjugés, avec toutes les conséquences que cela a sur la société. Le racisme, la guerre, la discrimination, l’intolérance sont issus de préjugés et font monter la peur qui entraîne la haine avec par la suite un réel danger pour la liberté. Les élèves ont réfléchi aux différentes façons pour faire disparaître les préjugés, comme par exemple : remettre en questions un préjugé ou encore à apprendre à connaître une personne.
Ce fut une matinée appréciée de tous. Annaëlle Guérin, stagiaire au collège, Licence de Lettres
Contacts :Yves LePart : yveslepart@orange.fr et Ben et Faoye : jptual@orangefr

Intervention de Gilles Le Druillenec

By | Non classé, Pastorale | No Comments
SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Lundi 1er février,les élèves de 4ème ont fait la connaissance de Gilles Le Druillenec et de sa femme Agnès.

Gilles est atteint depuis sa naissance d’un handicap moteur dû à un manque d’oxygénation du cerveau à la naissance. Pendant deux heures, il a retracé sous forme de théâtre humoristique sa vie depuis sa naissance, ses difficultés, ses combats, ses victoires et aussi comment la Providence l’a accompagnée toute sa vie.

En 1985, Gilles crée l’association « Barrez la différence ». « Il ne s’agit pas de rayer nos différences » souligne Agnès « car elles font nos richesses » mais barrez signifie plutôt conduisez votre barque, allez vers le but que vous vous êtes fixés quelque soit votre handicap, quelles que soient vos difficultés.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Deux objectifs à cette rencontre: tout d’abord changer notre regard sur le handicap et puis nous faire réfléchir:

Et moi?

Quel est mon handicap: timidité, manque de confiance en moi, agressivité?

Quels seront mes combats à mener, mes défis à relever?…

Signification de l’Avent

By | Pastorale | No Comments

Quelle est la signification de l’Avent?

Le temps de l’Avent (du latin adventus, « venue, avènement »). s’ouvre le 4e dimanche précédant Noël.

L’Avent est la période durant laquelle les fidèles se préparent à célébrer simultanément la venue du Christ à Bethléem il y a deux mille ans, sa venue dans le coeur des hommes de tout temps et son avènement dans la gloire à la fin des temps : « Il est venu, Il vient, Il reviendra ! ».

L’Avent est la période durant laquelle les fidèles se préparent intérieurement à célébrer Noël, événement inouï, et décisif pour l’humanité, puisque Dieu s’est fait homme parmi les hommes : de sa naissance à sa mort sur la Croix, il a partagé en tout la condition humaine, à l’exception du péché.

Cette préparation de l’Avent est d’autant plus importante qu’il s’agit aussi de célébrer la venue du Christ dans le cœur des hommes de tout temps et son avènement dans la gloire à la fin des temps.

Chacun est appelé à la vigilance et au changement de vie. La parole des Prophètes, qui retentit en chaque liturgie dominicale de l’Avent, redit la nécessité de la conversion et de la préparation du cœur, comme le rappellent également les autres lectures de la messe.

Le début de l’Avent marque aussi l’entrée dans une nouvelle année liturgique : celle-ci commence chaque année avec ce temps de préparation à Noël, pour s’achever une année plus tard à la même période.

L’Avent, comme l’ensemble du calendrier liturgique catholique, aide les fidèles à revivre les grands événements de la vie et de l’enseignement du Christ, en particulier de sa naissance (Noël) à sa Résurrection (Pâques). L’Église relit et revit donc « tous ces grands événements de l’histoire du salut dans  » l’aujourd’hui » de sa liturgie » (Catéchisme de l’Église catholique, § 1095).