Autour du projet Gibraltar 2017 : les collégiens sensibilisés aux handicaps

Le collège Saint-Hilaire collabore avec Michel Fontaine depuis plusieurs années sur les projets qu’il met en place. Cette année, il l’a accompagné dans son aventure « Gibraltar 2017 ».

Le départ officiel du 1er avril a été précédé d’un prologue entre le collège Saint-Hilaire et Saint-Nicolas-de-Redon avec une vingtaine de binôme de collégiens qui se sont relayés en run and bike. Ce départ s’est intercalé au cours d’une journée consacrée aux handicaps.

 

En effet, le 31 mars, tous les élèves du collège ont été mobilisés pour différentes activités et conférences. Les jeunes ont ainsi pu découvrir le témoignage de Erwan Perrais, jeune homme hémiplégique suite à un accident de vélo lorsqu’il était collégien. Son témoignage a été écouté avec une très grande attention. Cela a également permis de faire comprendre aux élèves l’importance de la prévention : une vie peut être bouleversée sans casque. Un autre témoignage, celui de Jean-Claude Druvert, médecin accompagnateur de l’équipe de France Handisport aux Jeux paralympiques de Rio, à passionné les jeunes. Ils ont ainsi pu découvrir la force des athlètes handicapés et leur volonté à se surpasser. Cela leur a donné matière à réflexion par rapport à leur propre volonté face aux difficultés. Espoir et persévérance ont été les mots clés de cet échange. Ils ont aussi pu admirer une des véritables torches des Jeux Olympiques apportées par l’intervenant.

 

La journée était ainsi accès sur la compréhension des handicaps, sur les difficultés que cela entraîne mais aussi, et surtout, sur les possibilités de s’épanouir malgré le handicap, la persévérance et les efforts considérables pour ces athlètes de haut niveau.

Par ailleurs, pour que les élèves approchent de près les réalités des personnes en situation de handicap, les jeunes ont découvert le torball, le langage des signes, la boccia, le cecifoot et la ceci-pétanque, le football sourd, le basket fauteuil, le 1000 mètres contre-la-montre en binôme avec guide et non voyant et enfin le PMR (parcours à mobilité réduite) avec une mise en situation sur un parcours à effectuer en fauteuil roulant. Tous les intervenants, eux-mêmes en situation de handicap, ont pu montrer que malgré cela, il est possible de pratiquer du sport de haute compétition et de vivre ensemble sans différences. En effet, l’un des basketteurs présent en fauteuil a été dans l’équipe de France Handisport.

 

Les jeunes et toute l’équipe éducative ont pu apprécier cette journée dynamique, riche de rencontrer de bonne humeur. Les rendez-vous ont déjà été pris pour renouveler cette expérience.