Articles de presse rédigés par les 4è.

Après la lecture du roman Parvana, une enfance en Afghanistan, les élèves de 4è A et E ont rédigé des articles de presse sur la condition des enfants dans le monde. Ils ont pu constater que beaucoup d’enfants n’ont pas la chance d’aller à l’école, doivent travailler très jeunes, voire même faire la guerre… Lisez leurs articles pour en savoir plus ! (rubrique Français)

 

  

La condition des filles afghanes

 

 

 

<<Ils n’ont pas de famille et ils n’ont pas de voix. Personne à                                                   

aimer et aimés de personne. Nous devons les aider.>>

ALIMA, 21 ans, chassée de sa maison en Afghanistan,

à cause de la guerre quand elle était enfant.

 

Pendant la guerre en Afghanistan les filles n’étaient pas égales aux garçons;les filles n’avaient pas le droit de travailler, de parler aux hommes, de sortir seules, elles étaient obligées de porter une burqa/un tchadri(grand vêtement qui cache le visage, le corps et le regard).

Afin de rapporter quand même de l’argent pour leur famille en travaillant, les plus pauvres se déguisaient en garçons. Parfois dès 12 ans sans jamais être allées à l’école.

Les talibans faisaient partie d’un groupe extrémiste qui voulaient imposer des règles très strictes religieuses (la charia) qui privaient de libertés des Afghans. Si les Afghans désobéissaient, il y avait de fortes punitions, les filles et les femmes étant les principales victimes. Des fillettes se sont fait couper les doigts parce qu’elles s’étaient vernis les ongles. Des femmes soupçonnées coupables d’adultère se sont fait punir par lapidation (mort à coups de pierres). Pour survivre les paysans afghans cultivaient de la drogue comme l’opium et la vendaient aux pays étrangers à un prix dérisoire. A cause de ces conditions de vie très dures, l’espérance de vie afghane ne dépassait pas 42 ans, un enfant sur 5 mourait avant l’âge de 5 ans et 57% des filles afghanes n’étaient pas scolarisées.

 

Depuis l’arrivée en 2002 de soldats français et américains en Afghanistan, la condition des femmes/filles s’est améliorée. Un homme fort du pays Hamid Karzaï a créé une nouvelle constitution avec plus de droits pour les femmes. Grâce à cela, une fille sur 3 va aujourd’hui à l’école, il y a 5 ans il y en avait 0. Les soldats ont libéré Kaboul (la capitale), ce qui a permis d’améliorer la condition de vie de tous. Cependant dans certaines régions la pression des talibans est toujours la même.

 

Marion Dumoulin, Camille Rouxel et Alexia Danielo.

4eA

 

 

Les filles en Afghanistan

 

 

Les filles et les femmes ont peu de droits car les talibans prennent le pouvoir et suivent les règles strictes de la charia.

 

Les femmes sont privées de libertés, elles doivent porter une «burqa» (grand vêtement qui cache leur corps et leur visage). Elles n’ont pas non plus le droit de travailler, de parler aux hommes et pas le droit de sortir seules. En 2005 aucune fille n’avait le droit d’aller à l’école et en 2010 1 fille sur 3 allait à l’école, elles n’ont pas le droit à l’éducation car pour les talibans les femmes servent à faire des enfants et à faire le ménage à la maison. Elles n’ont pas le droit de se maquiller et de porter des vêtements colorés, si elles mettent du verni à ongles, elles risquent de se faire amputer les doigts. Les femmes qui trompent leur mari seront lapidées (tuées à coups de pierre). Depuis la chute des talibans, les femmes ont plus de droits mais elles ont quand même une vie difficile.

 

Depuis 1996 les forces de l’OTAN (militaires de plusieurs pays du monde) sont arrivées, et les talibans laissent les femmes plus libres mais en 2014 les forces de l’OTAN vont partir. Comment vont finir les femmes d’Afghanistan?

                                                                                              

 

                                                                          Femmes portant la burqa. (.http://jibal-khurassan.over-blog.com/article-19484984.html)

 Océane Potier, Gladys Rio, Claudia Andrieux 4E

 

 

LES TALIBANS ET LA GUERRE EN AFGHANISTAN

 

Pourquoi la guerre en Afghanistan ne s’arrête-t-elle pas?

 

 En Afghanistan la guerre dure depuis 30 ans, elle vient des talibans*qui veulent imposer leur religion en prenant le pouvoir. Depuis le début de la guerre, 31 soldats étrangers sont morts sur les 64 500 soldats de l’OTAN*envoyés, leur but est de démanteler les réseaux terroristes. Les talibans ont pris le pouvoir en 1996 mais suite aux attentats suicides des deux tours jumelles du 11 septembre 2001, les Américains sont allés en Afghanistan et ont chassé les talibans du pouvoir. Leur chef Oussama Ben Landen a été tué, l’OTAN a décidé que cette guerre était finie. Mais ils ne laissent pas un pays en paix. Les soldats de l’OTAN auront quitté l’Afghanistan fin 2014. Mais les talibans essaient toujours de prendre le pouvoir de force. Les jeunes sans travail croient que leur seule possibilité d’avenir c’est le jihad (la guerre sainte). L’Afghanistan a un gouvernement malhonnête. La population est désespérée donc soutient le régime taliban. Ce qui rend difficile la tache de l’OTAN.

 

*Taliban: étudiant islamique imposant une interprétation très dure de la loi musulmane.

*OTAN: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan ou OTAN ) est une organisation politico-militaire qui rassemble de nombreux pays occidentaux, dans le but premier est d’assurer leur défense commune contre les menaces extérieures ainsi que la stabilité du continent européen.

 

 Clément LUCAS , David DAVAL , Adrien FLEURY 4E

  

LE TRAVAIL DES ENFANTS

 

Encore de nos jours, des enfants sont utilisés pour travailler : ils fabriquent, tissent diverses choses, certains travaillent sur des chantiers… Malheureusement ils sont peu payés.

 

Depuis l’âge industriel (XIXè siècle) jusqu’à aujourd’hui encore (XXIè siècle), des enfants de 6 à 17 ans, 246 millions en 2010 dont 73 millions ont moins de 10 ans, travaillent.

Les enfants font différents métiers dont :

– La fabrication de jouets → Les enfants risquent l’empoisonnement avec la peinture et certaines maladies de la peau.

– Le tissage des tapis → Les enfants risquent d’avaler de la poussière de laine, leurs yeux fatiguent..

– Les travaux dans des ateliers de textiles → Les enfants risquent de se blesser avec des machines à coudre, leur vue baisse à cause du peu de lumière dans l’usine.

– La prostitution → Les enfants risquent d’être contaminés par des maladies (Exemple: Sida), ils sont souvent drogués, ils resteront choqués toute leur vie.

– Les travaux domestiques → La santé des enfants se fragilise car ils travaillent trop.

– Les travaux dans les champs → Les enfants risquent de se blesser gravement avec les outils, ils risquent même d’être handicapés.

– Les travaux de construction → Les enfants grandissent avec des déformations de la colonne vertébrale. Ils risquent de tomber des toits.

– Les travaux dans la mine → Les enfants risquent des fractures causées par des chutes de pierres et des maladies des poumons dues à la poussière des mines.

– La plongée en eau profonde → Les enfants risquent de remonter à la surface trop vite et d’en mourir. Il y a des risques de maladies cardiaques et de noyade.

Ils travaillent pour gagner de l’argent car ils sont pauvres, mais seulement 1 enfant sur 5 est payé en Asie, en Amérique latine, en Afrique et en Europe (800 000 en Grèce, Italie, Portugal etc…).

Adrien Noël, Charly Danilo, Luis Bretonnière. 4A

 

Les enfants soldats

 

 

 

Pourquoi continue- t-on à utiliser les enfants pour la guerre?

 

                                                                                                                

 

Les enfants soldats sont utilisés pour les guerres, dans 30 pays, surtout en Afrique et en Asie. Dés l’Antiquité, ils étaient déjà recrutés pour la guerre. Il y a dans le monde 250 000 enfants soldats, ils sont essentiellement des garçons et des filles âgés de 15 à 18 ans, mais certains sont recrutés dés l’âge de 8 à 10 ans. Ces enfants vivent dans des conditions rudimentaires, ils ne mangent pas à leur faim, ils dorment sur des matelas au sol, ils font des entraînements difficiles et ils ne vont pas à l’école. Leur travail vaut moins de deux euros par jour. Ces enfants sont forcés ou abandonnés par leurs parents ou volontaires pour la guerre. Ils sont recrutés car ils sont d’excellents soldats, bon marché, facile à diriger et à armer. Les filles sont parfois utilisées pour avoir des relations sexuelles et sont maltraitées ou données comme épouses aux commandants militaires. Heureusement, qu’il y a des associations comme l’Unicef qui mettent en place des programmes de prise en charge des enfants soldats, pour les aider et les réinsérer dans la société.

 

 

 

Gwendal Rivière et Thomas Boulo 4E

 

 

 

                                   La déscolarisation

 

                                  des filles, un fléau !

 

 

 

                                                                                            

 

Le monde fait face à une dure réalité : la scolarisation des filles est trop faible. Le pays d’Haïti frappé par la pauvreté et le séisme de 2010 est touché par la déscolarisation des enfants.

 

 

 

Haïti est un pays pauvre qui a souffert d’un séisme, il y a 2 ans maintenant, ceci n’a fait qu’aggraver la déscolarisation des enfants mais surtout des filles. Elles doivent travailler ou aider leurs mères dans les tâches ménagères et s’occuper des jeunes enfants. Malgré tout, ce pays est aidé par certaines associations comme l’UNISEF qui installe des écoles et fournit du matériel. Malheureusement, ce fléau n’arrive pas seulement qu’à Haïti mais à tous les pays pauvres du monde. En 1990, il y avait cent quinze millions d’enfants à ne pas aller à l’école dont deux sur trois étaient des filles. En 2009, il y en avait quatre-vingt treize millions. En effet il y a eu une amélioration mais elle est trop faible vis à vis de l’évolution de la population au cours de ses vingt dernières années. A ce jour, il y a huit cent millions d’adultes analphabètes dans le monde et cent cinquante millions d’enfants allant à l’école ne finissent même pas les cinq années de primaire.

 

La déscolarisation des enfants mais surtout des filles est un problème mondial qu’il ne faut pas prendre à la légère et qui doit être résolu dans les années à venir.

 

 

 

 

 

Noémie Mahé, Julie Jouvance et Laure Le Glaunec. 4e A

 

                                                     Tous les enfants n’ont pas le droit au bien être .

 

                                                                                                               

 

Y a t-il des enfants dans le monde qui manquent de nourriture et d’eau et d’autres qui subissent la maltraitance ? Aujourd’hui, nous allons répondre à vos questions .

 

 

 

○La malnutrition est en progression dans le monde , 9 millions d’enfants meurent avant leur 5ème anniversaire . La malnutrition est partout dans le monde depuis plus d’un siècle surtout dans les pays qui sont en difficultés mais s’installe de plus en plus dans les pays riches .

 

Les enfants sont en difficultés face à cette situation . Elle provoque des maladies graves qui les mettent face à la mort. Les origines de la malnutrition sont la guerre, les accidents climatiques et une extrême pauvreté.

 

○-En Égypte, en 2004, les ados se désaltèrent grâce aux voisins qui leur donnent de l’eau et c’est gratuit.

 

-En Afghanistan en 2004 les ados font des dizaines de kilomètres pour trouver un point d’eau. 81% des villages n’ont plus d’eau potable.

 

-En Inde toujours en 2004, beaucoup d’ados vivent dans des bidonvilles à Bombay. Les pauvres ont 30L d’eau et les riches 150l.. Dans des campagnes en Inde ils font des dizaines de kilomètres .

 

○Il existe différents types de maltraitances :

 

-Les violences physiques laissent des traces sur le corps de l’enfant, il essaye de les cacher et ne veut pas dénoncer l’auteur de ces violences.

 

-Les violences sexuelles sont commises par des adultes envers les enfants, cela les traumatise le plus souvent .

 

-Les violences psychologiques : agressions verbales, dévalorisations, humiliations .

 

http://www.msf-azg.be/fr/thema/malnutrition?page=3

 

 

 

Clémentine Lesage ○ Madissone Dano ○ Jennifer Haas   4E

 

 

La santé un problème mondial.

 

 

 

L’accès aux soins est un problème majeur dans tous les pays du monde. Les pays les plus touchés sont les pays pauvres. Les prix des médicaments, soins, opérations…sont très élevés alors que les personnes pauvres ont besoin parfois de soins vitaux. Des mesures doivent être prises au plus vite.

 

 

 

En Afrique et en Asie, il y a beaucoup d’enfants pauvres qui manquent d’eau. Pour des millions d’enfants en Afrique et dans les pays asiatiques le manque d’eau est très courant, ils doivent parcourir plusieurs kilomètres, creuser des puits, ou attendent un camion citerne.

 

En Indonésie, l’eau minérale est au prix du pétrole, en Égypte, il y a la distribution d’eau dans des tonneaux. En Afghanistan, il y a 10 kilomètres jusqu’au point d’eau, ils y vont en mules.

 

En Syrie il y a des camions citernes. Et enfin au Kenya, les enfants s’engouffrent dans des trous pour apporter de l’eau à leurs familles.

 

 Dans le monde, neuf millions d’enfants meurent avant leur 5 ans. Cette mortalité est due à la malnutrition, le manque d’accès à l’eau potable, la vaccination non systématique, le sida …

 

Ils meurent aussi car les familles n’ont pas les moyens de payer les frais médicaux. Les familles françaises ont la sécurité sociale, contrairement à d’autres pays.

 

 Un million d’enfants est emprisonné dans le monde. Les mineurs sont inculpés à cause de petits délits (ex: enfuis de chez eux, avoir consommé de l’alcool…) cela s’appelle l’enfer de la rue. La convention dit que la prison n’est qu’en dernier recours. Depuis l’année 2005, cinq pays ont appliqué la peine de mort à des enfants. C’est le cas de l’Arabie Saoudite et de l’Iran.

 

 Il y a des personnes qui vivent avec moins d’un dollar par jour. Un enfant sur deux est confronté à la misère. En grande Bretagne 3 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. En France, 2 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ces statistiques ont été réalisées en 2009.

 

 Tout comme l’eau, la nourriture manque aussi. Les enfants sont victimes de malnutrition. Ils mangent des insectes et n’ont qu’un repas par jour. S’il ne pleut pas à la moisson, les récoltes sont mauvaises. Le Sorgho est l’une des principales bases de l’alimentation en Afrique.

 

 

 

Pauline Méhat, Eloïse Frappin et Alexis Lumeau 4A

 

 

 

Les associations

 

Depuis plusieurs années, des associations se multiplient pour venir en aide aux personnes qui sont démunies, ou qui vivent dans de mauvaises conditions.

                                                                                                                              

 

L’Unicef et les Crèches d’Arequipa sont deux associations qui visent, par parrainages collectifs et par dons, à améliorer la vie quotidienne des enfants dans les pays démunis.

L’Unicef sensibilise le public français, contribue à la collecte de fonds, et veille à l’application de la convention internationale des droits de l’enfant qui existe depuis 1946. Elle intervient dans plus de 150 pays dans le monde pour subvenir à leurs besoins. L’Unicef améliore la vie des enfants, leur éducation,leur santé, leurs droits, les protège et les défend.

Les Crèches d’Arequipa ont été créées en 1984. Cette association est composée de membres parrains qui s’engagent à verser une cotisation régulière, de membres donateurs qui apportent une aide financière ponctuelle et de membres actifs qui s’impliquent dans le développement, les actions et la valorisation de l’association. Les membres actifs versent également une cotisation annuelle. Les crèches d’Arequipa interviennent dans les écoles, collèges, et lycées du Pérou. Elles font de la collecte de vêtements, de linge de maison. Elles aident les enfants et leurs familles qui vivent dans les bidonvilles.

 

 Clémence Hugron, Annaëlle Tual, Maëlys Auvray, 4èA